Le Diagramme-Iso Nutritionnel

Outil en cours d’évaluation.  Publication dans le revue de Gériatrie

Le D.I.N. est un nouvel outil de prévention et de suivi du statut nutritionnel dans un contexte d’Etat de Santé Globale des personnes âgées et/ou dépendantes. Son objectif est de stratifier les usagers d’une maison de retraite ou les patients en groupes Iso-Nutritionnels afin de pouvoir déterminer le D.I.N. moyen sur une institution ou un service. Ce D.I.N. moyen doit permettre de justifier le niveau adapté de prise en charge individuelle et collective de l’alimentation et de la nutrition en maison de retraite.

Même si la clinique est indispensable dans le dépistage de la malnutrition, la biologie est une façon rapide de dépister une pathologie sur un grand nombre de malades. Ce D.I.N. demande la recherche par la biologie de l’albuminémie, marqueur principal de l’état de santé globale du patient. Nous savons par expérience que le statut nutritionnel est étroitement lié aux notions de dépendance et de santé globale. Les experts actuels considèrent dans leur grande majorité que l’albuminémie est un bon marqueur des dénutritions.

L’objectif du D.I.N. est de placer l’enjeu nutritionnel dans le contexte d' »Etat de Santé Globale » du patient. Le statut nutritionnel est d’autant plus important que le patient est fragile et qu’il a plus que jamais besoin d’Energie et de nutriments pour mieux combattre la maladie. Toutefois, en fin de vie, la renutrition n’a plus d’intérêt sinon  celui des bonnes pratiques d’accompagnement du mourant. (‘article XI de la Charte des droits et libertés de la personnes âgée dépendante : « RESPECT DE LA FIN DE VIE ») – La prise en charge ne se fait donc pas en fin de vie mais précocement !

Ce diagramme se veut simple et rapide d’utilisation. Il n’acapare ni les médecins ni les soignants.

Chaque établissement a intérêt à mieux connaître le profil de ses résidents pour une prise en charge adaptée. Le coût d’une albuminémie sérique est bas (9,45€) et ne viendra pas peser sur la gestion de l’institution ni sur la santé publique, au contraire.

Une gestion optimisée des risques de dénutrition doit permettre une diminution des épisodes infectieux, des escarres, des chutes ainsi que des gains de productivité permettant un service et des soins améliorés et une amélioration, dans la plupart des cas de l’état général des patients les plus fragilisés.

Le DIN est un outil convivial, adapté au EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Handicapées). Il permet le suivi du statut nutritionnel de chaque résident, aide le médecin à avoir une vision plus claire et une réactivité meilleure en ce qui concerne la dénutrition du sujet âgé. Il pourrait interesser la nouvelle Agence Régionale de Santé (ARS) qui va prendre ses responsabilités en avril 2010.